Pub


Nous retrouver sur Facebook


Habitat Durable





Récupérer son eau de pluie

Technique aux multiples avantages, la récupération d'eau de pluie devient de plus en plus pratiquée. Pour en optimiser l'utilisation et en maîtriser le fonctionnement, quelques points importants méritent d'être avancés.

Les notions de base

Le principe de la récupération d'eau de pluie consiste à utiliser la capacité d'une maison donnée à réaliser une telle action. Toute installation relative à cette dernière tourne autour de quatre grandes fonctions, à savoir la collecte d'eau de pluie, son traitement, son stockage et sa redistribution. La collecte consiste à récupérer l'eau de pluie et à l'amener jusqu'à un stockage donné. Le traitement a pour objet de filtrer l'eau de pluie pour qu'elle soit de meilleure qualité. Cette étape comprend plusieurs petites phases, dont la préfiltration, la filtration primaire, la filtration secondaire ainsi que la potabilisation. Permettant de stocker l'eau de pluie pour une utilisation extérieure, la préfiltration a pour finalité de retenir les particules les plus importantes. L'eau retenue après une filtration primaire est destinée aux toilettes, au lave-linge et au nettoyage de la maison.

La filtration secondaire, faite au charbon actif, procure de l'eau pour le lavage corporel. À ce niveau, l'eau de pluie est devenue inoffensive mais il n'est pas encore préconisé de la boire. Pour éliminer toutes les bactéries et rendre cette eau potable, l'on fait appel à une cartouche en céramique ainsi qu'à un stérilisateur UV. Il s'agit de l'étape de la potabilisation. Après ces différentes phases de traitement vient le stockage. Ce dernier permet de conserver l'eau traitée pour une utilisation future.

Quant à la redistribution, elle a pour rôle d'acheminer l'eau vers les différents points d'usage. Les systèmes de récupération d'eau de pluie varient en fonction des types de maison mais également des régions. Pour des usages domestiques, les citernes faites de pierre calcaire ou de béton sont les plus conseillées. Elles neutralisent l'acidité de l'eau de pluie. Les matériaux métalliques et plastiques ne sont pas très recommandés pour le stockage.

D'autres points essentiels

Chacun est libre de choisir l'emplacement de sa citerne destinée à la récupération d'eau de pluie. Celle qui est laissée à l'air libre est mieux autant pour les faibles consommations que pour les maisons déjà construites. Par contre, dans le cas d'une nouvelle construction, il est plus intéressant de se tourner vers des modèles de cuve à enfouir dans le sol. Cette solution a pour avantage de stocker l'eau à l'abri de la lumière et du gel.

Cette technique évite la propagation des bactéries. Généralement, la citerne doit être posée sur du sable d'une épaisseur minimale de 20cm pour éviter toute déformation. Cependant, d'autres dispositions plus strictes doivent être prises pour des cas exceptionnels. À titre d'exemple, en cas de passage de voitures au-dessus de l'emplacement de la citerne, mieux vaut réaliser une maçonnerie plus à même de protéger cette dernière. En milieu argileux ou humide, fixer la citerne au sol en construisant impérativement un radier en béton de 20cm. La taille de la cuve est choisie en fonction de ses propres besoins ainsi que de la quantité éventuelle d'eau de pluie qui peut être récupérée.

Généralement, une famille de 4 personnes nécessite une citerne de 6 500l de capacité dans le sud contre 4 500 au nord. Récupérer de l'eau de pluie présente plusieurs avantages. Elle permet, de prime abord, de faire des économies tout en effectuant une action en faveur de l'environnement. Elle peut aussi aider lors des périodes de sécheresse et rend ainsi son propriétaire plus autonome. Cette technique évite également les problèmes d'inondation. La récupération d'eau de pluie est devenue une pratique bien encadrée, notamment avec l'arrêté du 21 août 2008 publié 8 jours plus tard au JO n°0201.

 

 

Commentez avec Facebook :