Pub


Nous retrouver sur Facebook


Habitat Durable





Le biodiesel, un biocarburant très apprécié

Le biodiesel est un carburant qui appartient à la catégorie des biocarburants ou agrocarburants. C'est l'appellation qui est donnée au EHMV ou Ester Méthylique d'Huile Végétale. Le terme biodiesel est usité dans les pays d'Amérique du Nord et dans la plupart des pays d'Europe. Du côté de la France, il est souvent question de Diester, qui est en fait une marque qui commercialise du biodiesel et qui est devenu un nom générique.

Energie renouvelable

En tant que biocarburant, le biodiesel compte parmi les énergies dites renouvelables. Elle possède ainsi la particularité de ne pas participer à l'accroissement du taux de dioxyde de carbone présent dans l'atmosphère. Concrètement, le biodiesel n'émet dans l'air que le dioxyde de carbone renfermé dans la plante utilisée pour sa production et qui a été précédemment absorbé de l'atmosphère via un phénomène de photosynthèse. La production du biodiesel fait appel à un processus spécifique appelé transestérification. Au cours de ce procédé, des scientifiques spécialisés font appel à une matière première naturelle, en l'occurrence de l'huile d'origine végétale.

Le plus souvent, ils utilisent de l'huile de tournesol ou encore de l'huile de colza. Ces produits sont connus pour leur composition spéciale, riche en glycérine et en esters d'acide gras. Certaines transestérifications utilisent de l'huile de soja. Il est même envisageable d'utiliser des huiles que l'on a déjà utilisé antérieurement pour faire de la friture. Ces matières premières sont mélangées avec de l'alcool ou plus précisément du méthanol. Après cette première réaction, l'on obtient de l'EMHV qui sera ensuite spécialement traité pour obtenir le biodiesel qui sera utilisé en tant qu'agrocarburant. Pour que la réaction puisse se dérouler sous les meilleures conditions, il est tout à fait possible de faire appel à un catalyseur, lequel doit impérativement être de nature alcaline. Il est par exemple possible d'avoir recours à la potasse.

En plus de l'ester méthylique d'huile végétale, la réaction entre le méthanol et l'huile végétale produit également de la glycérine, un produit très utilisé dans l'univers de la cosmétique et qui peut très bien être exploité. Si l'on s'intéresse à la quantité de matières premières nécessaires pour obtenir le biodiesel, il faut environ 100 kilogrammes de méthanol à faire réagir avec une tonne d'huile végétale pour obtenir au final une tonne de biodiesel. La quantité de glycérine obtenue est de l'ordre de 100 kilogrammes. Il est bon de mentionner le tourteau, un produit qui est obtenu lors de la transformation du colza en huile. Ce résidu peut servir de nourriture pour le bétail au sein des fermes d'élevage.

Utilisation du biocarburant

Une fois produit, le biodiesel s'utilise donc en tant que carburant. Il est mélangé avec le diesel dans des pourcentages différents suivant les marques. Ce taux varie entre 5% et 30%. Lorsque du biodiesel est incorporé dans du diesel, le distributeur est tenu d'en informer le client en apposant la lettre B suivi d'un chiffre qui présente la proportion de biodiesel contenu dans le diesel. Un revendeur de biodiesel affichant une inscription « B20 » commercialise un carburant contenant à 20% du biodiesel. Si l'inscription est « B100 », ceci veut dire qu'il s'agit de biodiesel pur.

En France, l'exploitation du biodiesel reste timide dans la mesure où les lobbys pétroliers ne sont pas très favorables à la production de cet agrocarburant. Ainsi, le diesel disponible sur le territoire français renferme en moyenne une proportion de 1% de biodiesel. Bien que le biodiesel constitue une alternative réellement intéressante par rapport aux énergies fossiles, il présente quand même un certain nombre d'inconvénients.

D'abord, il s'agit d'un produit dont le prix est plus élevé que celui du diesel classique. Il faut ensuite tenir compte de la production du colza, duquel on extrait l'huile servant à la production du biodiesel. Des mesures devraient être prises afin de limiter les impacts sur l'environnement. Le recours au pesticides et autres produits chimiques devrait être évité et les sols ne devraient pas être sollicités jusqu'à l'épuisement. Toujours concernant la production du colza, celle-ci devrait profiter à tous les agricultures et pas uniquement aux exploitations d'envergure. Les petites structures sont certes capables de produire de l'agrocarburant tel que le biodiesel, mais pas dans des quantités assez importantes pour pouvoir se lancer dans le commerce. Le biodiesel serait juste suffisant pour subvenir à leurs besoins personnels. Il ne faut pas oublier non plus qu'un champ de colza destiné à la production de biodiesel sera un champ en moins pour nourir la population...

 

 

Commentez avec Facebook :