Pub


Nous retrouver sur Facebook


Habitat Durable





Chauffage au bois, une énergie renouvelable !

Le chauffage au bois peut être appelé "chauffage à énergie renouvelable" tant que le volume de bois prélevé ne dépasse pas l’accroissement naturel de la forêt.

Le chauffage par le bois, que ce soit en cheminée, insert ou grâce à une chaudière, se développement de plus en plus, où plutôt, redevient au goût du jour car il ne faut pas oublier qu'il fut, avec le charbon, le principal mode de chauffage en France pendant de nombreuses années.

A cette époque, bien que ce soit toujours d'actualité, l'on utilisait surtout le bois en bûches mais depuis peu, l'on trouve aussi des plaquettes, faites de bois déchiqueté obtenues par broyage de branches. Ces plaquettes, de 2 à 5 cm de longueur, produisent, suivant leur degré de séchage entre 2500 et 3900 kWh par tonne.

Quant aux granulés, obtenus eux via la compression de sciure de bois de feuillus et des résineux, qui se présentent sous la forme de petits cylindres de 6 à 10 mm de diamètre et de 10 à 50 mm de longueur, ils sont surtout utilisés pour les chaudières à bois à alimentation automatique ce qui permet une autonomie de plusieurs jours, autonomie très appréciée, cela va de soi. Leur principal avantage face aux plaquettes, est qu'ils dégagent une énergie d'environ 4800 kWh par tonne. On les trouve généralement par sac de 10 kilos mais les granulés restent chers.

Chaudières à bois

Il existe différents modèles de chaudière à bois. Certaines acceptent aussi bien les bûches que les granulés ou les plaquettes. (source Adème)

Les chaudières à combustion horizontale : réduisent le taux d’imbrûlés. Les phases de combustion et de séchage sont dissociées et la combustion a lieu en couches minces. L'arrivée d’air primaire et secondaire est mieux contrôlée, donc la combustion est améliorée et le taux d’imbrûlés diminue ;

Les chaudières à combustion inversée : offrent une bonne qualité de combustion. Les flammes se développent au travers de la grille, support du combustible, ou au travers d’une tuyère. Les entrées d’air primaire et secondaire sont distinctes, ce qui améliore encore la qualité de la combustion.

Les chaudières « turbo » : perfectionnent les chaudières à combustion inversée. Elles sont équipées d’une turbine qui introduit l’air de combustion ou d’un extracteur qui aspire les fumées. Elles offrent un meilleur rendement. Elles sont aussi les plus récentes.

Les chaudières à combustion montante : simples à mettre en œuvre mais de qualité médiocre. Le combustible est empilé sur la grille du foyer. Toute la charge s’enflamme simultanément. La combustion est difficile à maîtriser et, en général, de médiocre qualité et incomplète.

Les chaudières automatiques à plaquettes ou à granulés : utilisent une énergie renouvelable, elles offrent une facilité d’utilisation similaire à celle des chaudières au fioul ou au gaz. Leur alimentation est programmée et automatique. Le combustible est stocké dans un silo de plusieurs mètres cubes qui peut être enterré. Leur autonomie peut être de plusieurs mois ! Les cendres sont évacuées par une vis sans fin.

Alimentation, combustion, décendrage, extraction des fumées… sont contrôlées et optimisées grâce à une régulation électronique. Le rendement peut atteindre 90 %, performance équivalente à celle des chaudières à fioul. A savoir aussi que le bois, lors de sa combustion, ne fait que libérer dans l’air le dioxyde de carbone qu’il a absorbé durant sa croissance. Son impact est donc neutre sur l’effet de serre contrairement au fioul ou au gaz.

Attention, la combustion de bois humide est déconseillée. A ne pas utiliser non plus du bois traité (bois des traverses de chemins de fer, bois utilisé sur les chantiers…) et ce sous peine d'intoxication via la fumée dégagée.

Les aides

Le taux réduit de TVA à 5,5 % s’applique à la fourniture et à l’installation d’un poêle à bois relié à un tuyau fixe de branchement ou d’une chaudière individuelle à bois et des radiateurs. L’achat du bois de chauffage bénéficie également de ce taux réduit.

Vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt pour l’achat d’un appareil de chauffage ou d’une chaudière à bois, si son rendement dépasse 65 % et s’il respecte les normes françaises et européennes (c’est notamment le cas pour tous les produits labellisés « Flamme Verte »).

Calculez vos dépenses de chauffage

Votre logement est équipé d'un mode de chauffage traditionnel : gaz/GPL, fioul ou électricité. Vous possédez ou souhaitez acquérir un appareil de chauffage au bois. Avec l'utilisation du bois (seul ou en complément d'une autre énergie), évaluez l'impact sur votre facture annuelle de chauffage et sur l'environnement (en terme de gaz à effet de serre évité) en utilisant le logiciel réalisé par le COSTIC en partenariat avec la CAPEB et la FFB : Chauffage : calcul dépenses_annuelles.

Téléchargez aussi le Guide complet du chauffage bois édité par l'Adème.

 

 

Commentez avec Facebook :