Pub


Moteur à vapeur

 

développement durable et écologie

Les véhicules automobiles figurent parmi les premières sources de pollution. Il existe pourtant des techniques destinées à augmenter leur puissance sans recourir à des procédés polluants. C’est le cas du bulleur qui dope le moteur à l’eau et permet une grande économie d’énergie.

Le bulleur est pourtant peu pratique car encombrant et compliqué à mettre en place. Le fait qu’il nécessite le réchauffage d’une grande quantité d’eau à une vitesse assez lente crée un déphasage entre la course du moteur et la production de vapeur. Une nouvelle solution vient aujourd’hui à la rescousse des automobilistes qui veulent gagner quelques chevaux d’une manière plus pratique. Il s’agit du générateur de vapeur instantanée (GVI) qui a pris forme à partir de discussions échangées sur un forum consacré à l’automobile verte.

Le GVI est un échangeur annulaire de dimension réduite qui est à intégrer à la ligne d’échappement. Il suffit de créer une arrivée d’air pour l’appareil, de le greffer sur le collecteur d’admission et d’installer une durit d’arrivée d’air relié au filtre à air pour que le système fonctionne. Le GVI utilise le principe de l’ionisation et produit une vapeur humide de moins de 100°C.

Ses dimensions doivent être paramétrées par rapport à la puissance voulue et à la cylindrée du véhicule et il peut aisément être monté par un bricoleur chevronné. Le principal avantage du GVI est qu’il peut s’adapter presque immédiatement aux variations de charge du moteur.

En effet, l’eau utilisée est directement chauffée par les gaz d’échappement, pour un résultat instantané. Jusqu’ici, les bulleurs et les GVI n’ont été utilisés que sur des véhicules roulant au diesel. Des expériences sont aujourd’hui menées pour adapter le système de dopage à l’eau à tous les véhicules, pour que la passion de la vitesse et la préservation de l’environnement par l’économie d’énergie soient conjugués ensemble.

 

 

Commentez avec Facebook :