Pub


Nous retrouver sur Facebook


Habitat Durable





Energie marine

 

développement durable et écologie

 

L’utilisation de sources d’énergie renouvelable est de plus en plus au cœur de l’actualité, à une époque où la lutte contre le réchauffement climatique et la préservation de l’environnement sont les priorités. Dans ce contexte, la Bretagne veut se positionner comme le leader du secteur des énergies marines qui est encore assez méconnu et qui, pourtant, est l’une des filières les plus prometteuses de l’éco énergie.

La Bretagne dispose de toutes les conditions nécessaires à l’exploitation des énergies marines qui incluent le vent, la houle, la marée et les courants marins. Le projet Marenergie a été mis en place en 2005 pour étudier ce potentiel et définir les grandes lignes de son exploitation. La Région bretonne a investi plus de 100.000 euro dans ce projet novateur qui risque de bouleverser la donne énergétique française, européenne et mondiale d’ici quelques années.

Le 28 mars dernier, le projet Marenergie a conclu son premier volet par la présentation et l’inauguration de l’hydrolienne Sabella qui est un prototype de générateur d’électricité à base de courants marins. Installée à Bénodet, Sabella devrait être la première d’une longue série d’expérimentations destinées à éprouver et à améliorer la production d’électricité à base d’éléments marins. Les spécialistes estiment que les énergies marines devraient arriver à assurer 10% de la demande en électricité de la région d’ici 2010.

La Bretagne ne veut pas s’arrêter en si bon chemin puisqu’elle envisage d’être le pôle national des énergies marines. La création d’un centre de recherche en la matière est même en cours de gestation. Déjà, la Région organise une concertation technique et politique de tous les acteurs de lé filière des énergies marines pour dresser une vision harmonieuse du futur du secteur. L’idée est de promouvoir l’utilisation de la mer comme source d’énergie propre afin de réduire le recours aux énergies fossiles, plus que polluantes.

 

 

Commentez avec Facebook :